Yoga de l'Energie - L'enchainement de l'Hiver

Le souffle du silence.

Les bruits du monde façonnent notre environnement. L'agitation, le brouhaha, le tumulte souvent le polluent.
Le yoga ouvre des espaces propices au calme intérieur, au silence.
La pratique, essentielle dans la démarche du yoga s'appuie sur  le souffle.

La salutation fluide qui souvent m'accompagne et que je vous propose de pratiquer dans l'énergie d'hiver est une adaptation libre du mouvement de liaison du yoga de l'énergie par Isabelle Morin-Larbey.

Quelle joie de vivre les enchaînements dans le souffle du silence.

Christophe Cappelli.

     



Akasha-danse-cosmique-BIS.jpgLa Salutation Fluide

 

 

 



Isabelle Morin-Larbey - Faire silence – Revue française de Yoga – n°36. – Fédération Nationale des Enseignants de Yoga.

 


 

 

Debout. Les deux pieds bien parallèles entre eux, écartés de la valeur d’un pied en large. Bassin décambré, colonne étirée. Habiter la posture dans le silence.

À l’expir : amener le dos des mains l’un contre l’autre, le menton rentré en direction de la fourchette sternale, rapprocher les épaules vers l’avant sans courber le haut du dos.

À l’inspir : garder les coudes collés au torse ; ramener les deux mains jointes devant l’espace du cœur, en faisant «rouler» les articulations des poignets. Laisser descendre ensuite les deux mains sous la ligne de la poitrine, en gardant le bout des doigts joints, paumes dirigées vers le sol. Puis retourner les paumes vers le ciel, en ayant gardé le contact des bouts des doigts entre eux. Laisser les deux bras s’écarter en passant par le bas et en décrivant un arc de cercle de part et d’autre du buste, comme deux ailes que l’on déplierait par les côtés. Une fois les deux bras étirés et placés à hauteur des épaules, paumes vers le sol, retourner les deux mains, paumes en «coupe» vers le haut, comme si l’énergie de la terre était reprise pour la monter vers le ciel. S’élever en même temps sur la pointe des pieds, en équilibre. Amener les deux bras étirés au-dessus de la tête, paumes jointes. Fin de l’inspiration.

Pendant la suspension poumons pleins, tirer les doigts vers l’arrière.

En début d’expiration, descendre lentement les mains paumes ouvertes devant le visage, comme si on lisait un livre ouvert. Une fois les mains à hauteur du cœur, ramener les doigts vers cet espace en faisant rouler le dos des mains l’un contre l’autre. Commencer à fléchir légèrement les genoux. Les bras sont étirés ensuite vers l’avant, pouces crochetés, paumes ouvertes et tournées vers l’avant... Puis les ramener à nouveau vers le cœur, en continuant à fléchir les genoux, toujours avec ce «roulement» du dos des mains l’un contre l’autre. Finir le mouvement en étant accroupi, les deux épaules à l’intérieur des genoux écartés et ouverts, le dos des mains déposé au sol, paumes tournées vers le ciel, en posture d’abandon et d’accueil. Remonter en élevant les bras comme des ailes et retourner les paumes vers le ciel.

 

 

 

Salutation fluide gestuelle des mains

 

 

 

 

Salutation-fluide-shemas-1-a-16.jpg

La Salutation fluide - figures de 1 à 16.